watchers web asian beauty enjoys massage and hard sex.

Jardins Secrets

 

Le surf a l’avantage de pouvoir se décliner sous bien des formes.

« Sport, art, style de vie » Bill Delaney dans le déjà cité, cultissime film Free Ride expliquait cela dès la fin des années soixante dix, à tous ceux qui ne l’avaient pas encore compris. Avec les moyens modernes comme le surf tracté, le stand up paddle, Google Earth, les bateaux équipés ou les hélicoptères, les voies de pratique et les possibilités de découvrir les vagues les plus inaccessibles se sont encore multipliées. Cependant une frange non négligeable de la masse croissante de pratiquants se plait à penser que le surf reste avant tout une forme de communion intime, active, avec la nature et la création. Ainsi certains et certaines préfèrent s’isoler pour vivre pleinement cette expérience. Délaissant la mode, les tendances, les marques, ils fuient comme la peste les lieux populaires et fréquentés pour aller glisser loin des regards et des projecteurs médiatiques. Ils cultivent le mystère autour de jardins secrets, de plages cachées, de portions de côtes oubliées. Seuls ou entre amis ils se délectent de spots parfois moins spectaculaires ou moins parfaits mais dénués de toute forme de pression.
N’étant pas, nous mêmes, insensibles à ces argumentations, nous consacrerons une rubrique par numéro à une vague voilée, anonyme mais bien réelle. Sans trahir le mystère, nous révélerons quelques aspects de sa beauté, pour éveiller en chacun de nous cette sensibilité particulière propres aux activités de pleine nature.
Et comme il est d’usage dans les certaines traditions hermétiques nous rajouterons un effet miroir à l’article, afin de brouiller un peu les pistes. Les plus curieux ou les plus avisés pourront toujours essayer de trouver l’endroit dont il s’agit mais ne comptez pas sur nous pour apporter des réponses !
Pour le premier numéro il fallait être sûr que personne ne pourrait du premier coup d’oeil s’écrier « Je connais ! C’est … ». Alors on a puisé dans les dossiers confidentiels pour vous évoquer une de nos criques abritées du vent du sud.
711447_3768004938800_1858066284_n
Il faut y aller le jour idéal, soit petit, soit bien gros,  pour y trouver des vagues, le reste du temps elle ferme. La vague offre ses charmes quand la plupart les autres sont endormies, ou saturées. Pendant que tout le monde se ronge les ongles à cause du flat, quelques petits malins pensent fort à elle et s’y retrouvent dès qu’ils ont un créneau dans leur emploi du temps. Pendant que d’autres affrontent ailleurs vent terrible et grosses séries décalées, elle peut dérouler super green à deux mètres avec un léger off shore.
Petit, le take off est un peu raide mais on s’y habitue vite et avec de la maîtrise il y a moyen de se caler sous la lèvre dès le départ. Avant la deuxième section qui lève sur une dalle à fleur d’eau, on n’a pas le temps de placer de cut back.
Quand le vent de sud défonce tout ailleurs et qu’ici la montagne sert de rempart, avec 3 mètres de houle, bien orientés, en fin de journée la vague peut se comporter comme une machine à bonheur. Entre la perfection de son déferlement et les reflets du couchant dans les transparences de la lèvre, on oublie facilement les cailloux dessous. Attention quand même, j’en connais quelques uns qui sont passés directement de l’extase à la punition.

 

 

Article suivant

 

 

 

 

  One Response to “Jardins Secrets”

  1. de l’Extase à la Punition???put* Hervé tu devrais sièger à l’Académie Française!(mais y a pas de Vagues à Paris dc tu serais “légérement” énervé(c un euphémisme bien sûr.)

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

Read Full Article freeone /* ]]> */